•  

     

    15 % des patients ayant eu un accident grave et diagnostiqués comme « non conscients » ou « en état végétatif »… seraient en réalité conscients 
    Par Michel Janva le 12 juillet 2019
    Une étude sidérante vient d’être publiée dans The New England Journal of Medicine. Elle est parue la veille de la décision de la Cour de Cassation autorisant la mort de Vincent Lambert – et elle fait froid dans le dos. Car elle révèle que 15 % des patients ayant eu un accident grave et diagnostiqués comme « non conscients » ou « en état végétatif »… seraient en réalité conscients ! « C’est gigantesque, a déclaré le Dr Nicholas Schiff, grand professeur de neurologie et neurosciences à New York. La découverte qu’un patient sur sept pourrait être très conscient de ce qui est dit autour d’eux est un grand moment ». Ces patients ont été considérés comme « non-conscients » parce qu’ils ne répondent pas à ce qu’on leur demande de faire : on a beau leur dire de serrer les doigts ou de cligner des yeux, par exemple, il ne se passe rien. Mais l’imagerie cérébrale montre que c’est parce qu’ils en sont physiquement incapables, et non pas parce qu’ils ne comprennent pas ce qu’on leur dit !
    Cette étude est d’autant plus intéressante qu’elle a été réalisée sur des patients dont l’accident au cerveau était récent : elle montre que ceux à qui on diagnostique très tôt cette « conscience minimale » ont nettement plus de chances de s’en sortir que les autres ! Voilà pourquoi il faudrait d’urgence généraliser cet examen par électroencéphalogramme à tous les patients récemment « cérébro-lésés » ! « Notre étude pourrait changer la façon dont nous gérons les patients souffrant de lésions cérébrales aiguës », a déclaré l’auteur principal, Jan Claassen.
    Selon ce médecin, il est important de répéter ces tests plusieurs fois par jour, car les patients dans cet état ont tendance à perdre connaissance – si vous ne faites le test qu’une seule fois, vous pouvez tomber sur un moment où le patient n’est pas conscient ! Au total, si on généralise ces tests approfondis, cela pourrait changer la vie de certains patients !
    Prenez le cas de ce patient, classé « en état végétatif », dont l’histoire a été racontée par les journalistes du NewScientist. Il faisait des mouvements de tête, mais l’équipe médicale pensait que c’était des mouvements « réflexes », sans conscience. Mais ce patient a bénéficié de ces nouveaux tests, qui ont révélé qu’il avait une « conscience minimale » – et c’est alors que l’équipe médicale a commencé à le traiter différemment ! Ils ont même réussi à lui installer une « souris d’ordinateur sur la tête », grâce à laquelle il a fini par écrire un email au Dr Schiff ! Et croyez-le ou non, son premier réflexe n’a pas été de demander à mourir… bien au contraire !
    Voudriez-vous mourir si vous étiez prisonnier de votre propre corps ?
    Nous avons tendance à imaginer que notre vie serait « un enfer » si nous devenions tétraplégique. Nous avons tendance à croire que nous préférerions mourir plutôt que de « vivre emprisonné dans notre propre corps ». C’est pourquoi certaines personnes sont convaincues que les parents de Vincent Lambert sont cruels : s’ils avaient de la compassion pour leur enfant, ils seraient désireux d’abréger son calvaire ! En réalité, dans le cas précis de Vincent Lambert, ce raisonnement est très contestable :
    Soit Vincent Lambert n’est conscient de rien, comme le pensent la majorité des experts, et il ne peut pas souffrir – dans ce cas, pourquoi ne pas lui laisser une chance, même minime, de regagner conscience un jour (c’est rare, mais cela arrive), puisqu’il ne souffre pas ?
    Soit Vincent Lambert a une conscience minimale, et on pourrait tout aussi bien considérer qu’il est cruel de le laisser mourir de cette manière (je rappelle que Vincent Lambert n’est « branché » à aucune machine et que la seule manière de le faire mourir est de cesser de l’alimenter), surtout s’il est conscient de ce qu’on s’apprête à lui faire.
    Mais surtout, il faut savoir que nous sommes très mauvais pour imaginer ce que nous pourrions ressentir si nous étions gravement accidentés.
    Une étude très intéressante a été réalisée auprès de patients « emprisonnés dans leur corps ». Ces personnes sont totalement paralysées… mais elles sont parfaitement conscientes et peuvent communiquer en bougeant les yeux. Pensez à l’auteur du best-seller Le scaphandre et le papillon, qui a réussi l’exploit d’écrire un livre simplement en clignant de l’œil gauche !
    Eh bien croyez-le ou non, la majorité de ces patients ne sont pas malheureux ! Oui, dans l’étude en question, 72 % d’entre eux se sont même déclarés « heureux ». « Cela peut paraître surprenant pour nous, de l’extérieur, mais certains patients font preuve d’une énorme capacité d’adaptation à leur nouvelle situation, explique Steven Laureys, responsable de l’étude. Beaucoup évaluent leur qualité de vie à un meilleur niveau que je n’aurais jugé la mienne ! ». Notez aussi que ceux qui étaient les plus malheureux étaient aussi ceux dont l’accident était le plus récent. Et en effet, il est très fréquent pour les accidentés lourdement handicapés de commencer par ressentir une dépression sévère… puis, progressivement, de s’adapter à leur nouvel état. (Ce qui pourrait être une bonne raison de leur refuser l’euthanasie, tant que leur état n’est pas stabilisé, même s’ils le demandent avec insistance.)
    Écoutez ce que dit le Professeur Adrian Owen, un des neuroscientifiques les plus connus au monde :
    « Nous ne pouvons pas préjuger de ce que cela peut être que de vivre dans une de ces situations, car beaucoup de patients trouvent leur bonheur dans des choses que nous ne pouvons tout simplement pas imaginer. »
    C’est la raison pour laquelle je vous invite à bien réfléchir avant d’écrire vos directives anticipées. Gardez bien à l’esprit que vous ne pouvez pas vraiment savoir comment vous réagirez si vous êtes victime d’un accident grave.
    N’oubliez pas non plus que la science du cerveau est tout sauf infaillible : les médecins peuvent se tromper sur votre niveau de conscience… ou sur vos chances réelles de vous « réveiller ». Au total, il y a tellement de situations envisageables qu’il est à mon avis impossible de toutes les imaginer dans des « directives anticipées ». Le plus important, de mon point de vue, c’est de signaler les personnes à qui vous faites confiance pour décider de votre sort.
    Ni français, ni belge, à qui faire confiance ?
    Aujourd’hui en France, en l’absence de directive anticipée, c’est le médecin (le « grand Patron » d’hopital, plus exactement … avec tout ce que ça implique économiqument – analyse marxiste, ne jamais la laisser de côté ! - et psychologiquement !...) qui décide de votre sort. Personnellement, je trouve cela très étonnant : pourquoi laisserait-on un médecin décider de la vie ou de la mort d’un patient ? N’est-ce pas à sa famille de prendre une telle décision ? A tout prendre, si c’est un étranger qui doit décider de mon sort, je préférerais encore que ce soit un juge, car au moins a-t-il l’obligation (et l’habitude) d’entendre les arguments des deux côtés, et de les écouter avec le maximum d’impartialité ! Laisser le médecin décider peut conduire à des aberrations, comme ce qui s’est passé en 2013 avec Vincent Lambert : quoi qu’on pense sur le fond de la décision de son médecin de l’époque, il semble aberrant de prendre une décision aussi grave (le laisser mourir) dans le dos des parents de Vincent, sans les en informer (ils l’ont appris par hasard !)
    (et leur refuser son transfert dans un établissement spécialisé où il aurait droit à des traitements kiné, etc, ce dont il était privé  à Reims)
    Mais dans l’idéal, il me semble que ce sont les membres de notre famille qui sont les mieux placés pour décider de notre sort. C’est ce que choisit le droit belge, qui ne donne aucun droit de décision au médecin, et tous les droits à la famille. Mais le problème, c’est que le droit belge établit une hiérarchie : d’abord l’épouse, puis les enfants, puis les parents. Donc si l’épouse n’est pas d’accord avec les enfants ou les parents de son mari, c’est sa décision à elle qui prévaut. Pourquoi ? L’idée est que le patient a choisi son époux ou épouse, alors qu’il n’a pas choisi ses parents – et donc que c’est le conjoint qui aurait le plus le « droit » de décider de son sort. Mais ce raisonnement me paraît bancal, car quantités de mariages se terminent par des divorces à la suite desquels les ex-époux deviennent des étrangers l’un pour l’autre – alors que nous serons toujours les enfants de nos parents ! Par défaut, il me semble que l’unanimité devrait être requise pour les décisions graves. Il me paraît dérangeant de décider de la mort de quelqu’un si l’un des membres de la famille s’y oppose. (Pensez aux 12 jurés, aux États-Unis, qui sont obligés par la loi de se mettre d’accord unanimement pour condamner quelqu’un à de la prison). Évidemment, il y a des exceptions : si par malheur vous avez été abusé par l’un de vos parents, il est normal de refuser que ce parent puisse avoir son mot à dire ! Et c’est ici que les fameuses directives anticipées me paraissent utiles. Non pas pour décider à l’avance de ce que vous voudriez… mais pour bien choisir le ou les personnes de confiance qui prendront la décision !
    Personnellement, si je devais me retrouver dans la même situation que Vincent Lambert, je voudrais qu’il y ait un consensus entre mon épouse et mes parents sur mon sort (je ne suis pas sûr de vouloir mêler mes enfants à une décision aussi difficile). Cela me paraît la meilleure garantie que la décision sera bonne – ou du moins la moins mauvaise possible !
    Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à partager vos réflexions en commentaire de cette lettre, ici.
    Xavier Bazin
    PS : Le Figaro a relaté récemment l’histoire d’une patiente, Amélie de Linage, dont le cas est particulièrement troublant :
    En août 2014, Amélie de Linage fait « une fausse route alimentaire ayant provoqué un arrêt cardio-respiratoire, Amélie est plongée dans un coma artificiel. On tente un réveil quelques jours plus tard, mais l’électroencéphalogramme, qui s’affole, témoigne d’un état de mal épileptique réfractaire à tout traitement ». A sa famille ébranlée, le médecin chef du service réanimation déclare que « son projet de vie, c’est de mourir ». Son mari s’insurge : « Vous n’avez pas à choisir pour elle ! (…) Moi non plus d’ailleurs. Laissez-lui juste une toute petite chance de vivre, quel que soit son état ». Un jour, il constate que l’alimentation est coupée et l’hydratation réduite au minimum, il s’emporte, rien n’y fait. Le 5 septembre, on retire à son épouse le respirateur artificiel, « contre toute attente, Amélie récupère cette fonction parfaitement », mais les médecins refusent de remettre en route l’alimentation et l’hydratation. Après quinze jours sans alimentation, Amélie a fondu mais elle  « est toujours là » : « Je sentais sa présence », raconte son mari. Mi-octobre, des « reprises de conscience » sont perçues, ainsi que quelques balbutiements. Amélie finit par articuler : « J’ai faim, j’ai soif ! ». Très handicapée, elle rentre chez elle en décembre 2015 : « Comme Vincent Lambert, j’ai été classée à tort en fin de vie et condamnée à la dénutrition. Aujourd’hui, je suis là pour dénoncer cette injustice, et dire que j’aime la vie ».
    Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.
    Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

    On ne lâche rien, jamais !

    https://www.lesalonbeige.fr/15-des-patients-ayant-eu-un-accident-grave-et-diagnostiques-comme-non-conscients-ou-en-etat-vegetatif-seraient-en-realite-conscients/

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    DÉCISION DU CONSEIL D’ÉTAT SUR LA PROPRIÉTÉ DES COMPTEURS ÉLECTRIQUES 

     

    COMMUNIQUÉ DU MAIRE DE BOVEL (35) DU 03 JUILLET 2019  

     

    " Le 28 juin le Conseil d’état a tranché: les communes ne sont plus propriétaires de leurs compteurs: le transfert de compétence aux SDE induit un transfert de propriété.

     

    C'est la première fois en France qu'un transfert de propriété n'est pas organisé par un texte clair et précis, mais est issu de l'interprétation jurisprudentielle d'une combinaison de textes. La décision est essentiellement politique selon notre avocat, et liée à l'enjeu financier. Nos communes ont donc été dépossédées de leurs biens sans concertation, sans information, par un tour de passe-passe juridique..

     

    C'est une nouvelle atteinte à notre démocratie.

     

    Bovel est en outre condamnée à verser 3000 euros à Enedis. C'est le prix que doit payer une petite commune attachée à la liberté et à la vérité. Liberté et vérité ont donc un prix, et le Conseil d’État a sans doute voulu être dissuasif. Je ne regrette pas. Il fallait bien que quelqu'un s'y colle... "

    José Mercier, Maire de Bovel

     

      de Ouest France du 03 juillet 2019 ici: https://www.ouest-france.fr/bretagne/redon-35600/compteur-linky-un-maire-breton-condamne-payer-3-000-eu-enedis-6428743

    APPEL AUX DONS

     

    Grâce au dernier appel à soutien concernant les procédures au TA (1° instance + appel) relatives au respect du RSD (Règlement sanitaire départemental), tous les frais d'avocats sont à ce jour réglés et il y a encore 2300€ en caisse.

     

    Mais il reste à régler au plus vite les 3000€ demandés par Enedis et d'ici quelques temps à prévoir les frais du futur examen au FOND par le TA (1° instance et sans doute appel) puisque les procédures concernant le respect du RSD sont toujours en cours. Ces nouveaux frais de procédures devraient s’élever autour des 10 000€.

     

      

    Aussi, si vous souhaitez et si vous pouvez aider la commune de BOVEL qui se bat pour nous tous, met à disposition des autres communes les argumentaires de son cabinet d'avocats, et qui devra dans les mois qui viennent assurer à nouveau sa défense au TA et en Cour d'Appel pour les jugements sur le fond, vous avez la possibilité d'adresser vos dons (collectifs, associations, communes, particuliers) ici :

     

     

    POT COMMUN (APPEL AUX DONS) CRÉÉ POUR SOUTENIR BOVEL

     

    https://www.lepotcommun.fr/pot/8m980cm2

     

    Un grand merci à vous tous par avance pour cette commune qui œuvre sans relâche pour le respect de nos droits et de notre sécurité. Merci pour vos dons et pour la diffusion massive de cet appel que vous voudrez bien faire après de vos contacts, communes, réseaux sociaux, etc.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • http://www.dailymotion.com/video/xvug3y_bonne-nuit-les-petits-j-ai-du-bon-tabac_news


    ci-dessus (si la vidéo consent à fonctionner ? essayez, et en plus l'émission originale est totalement censurée par les AYATOLLAHS du régime actuel aussi on ne trouve plus sur internet que cette version charcutée et trafiquée par un incongru) des enfants vivant dans une roulotte de gitans, un ours qui rêve de bon tabac, tout ce que la France Libéral-fasciste méprise et abhorre maintenant !

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    si la "gauche" est devenue inaudible c'est parce qu'elle a cessé d'être à gauche ! https://www.revue-ballast.fr/bernard-friot-la-gauche-est-inaudible-parce-quelle-ne-politise-pas-le-travail-2-2/

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • le panache français,

    avant c'était Cyrano

    plus    tard   ce  fut De    gaulle

    Maintenant c'est Dieu-donné

    Dieudo tu nous prouves encore que tu es le plus grand artiste français

     

     

    SELON que vous soyez médecin anti-Dieudonné ou simple gitan la "justice" ne vous traite pas pareil !!! c'est le moins qu'on puisse dire ! "Etat de droit" ? mon cul !

    Dieudonné c'est la RESISTANCE du peuple et la lutte des classes, c'est la petite lumière courageuse et tétue

     

    et ici interview "sérieuse", posée, et grâve : lien

    le panache français,

    avant c'était Cyrano

    plus    tard   ce  fut De    gaulle

    Maintenant c'est Dieu-donné

    Dieudo tu nous prouves encore que tu es le plus grand artiste français

     

     

    SELON que vous soyez médecin anti-Dieudonné ou simple gitan la "justice" ne vous traite pas pareil !!! c'est le moins qu'on puisse dire ! "Etat de droit" ? mon cul !

    Dieudonné c'est la RESISTANCE du peuple et la lutte des classes, c'est la petite lumière courageuse et tétue

     

    et ici interview "sérieuse", posée, et grâve : lien https://www.findclip.net/video/nd2mb9UyzVA/entretie.html

     

    https://www.findclip.net/video/nd2mb9UyzVA/entretie.html

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  oui ! mais le problème ! Le problème est qu'il n'y aura bientôt plus que les gens nés dans les années 50 et qui se révoltent devant tout ce qu'on nous fait, toutes les dérives et dégradations de la société actuelle.

    Car le problème c'est que la jeune génération, née après 1990, elle n'a jamais connu rien d'autre ! les jeunes  ne peuvent même plus comparer avec la France des années 50 et 60 et s'épouvanter de tout ce qu'on a perdu depuis;


    Ils sont nés sous les caméras de vidéo-surveillance, le chômage, et les bavures policières, les innombrables obligations qu'on nous impose sous le nom de "citoyenneté", et ils pensent que c'est normal !!


    et ils ne sont même pas choqués qu'on fasse tatouer les animaux, comme les nazis tatouaient les déportés d'Auschwitz,


    et ils sont nés dans une France où toutes les églises sont fermées, ils ne savent pas que des églises normalement c'est ouvert, normalement !

    Toutes choses, et bien d'autres encore, qu'en 1960 personne n'aurait jamais, au grand jamais imaginé que ce serait un jour seulement envisageable !!!

    etc, etc, c'est valable pour plein de domaines, et de nouvelles technologies et pratiques (et propagandes, et conditionnement des gens) de ce que Sylvain Timsit a nommé le Libéral-Fascisme.


    ils n'ont pas connu la société civilisé (ni la lutte syndicale ! ni la sécurité de l'emploi, ni l'échelle mobile des salaires) qu'on avait alors.


    Ils n'auront plus les velléités de révolte, car ils ont été éduqués à la soumission, l'ont intériorisée, et ne savent pas qu'on peut vivre autrement.     

    et c'est pourquoi on assiste au "spectacle obscène d'une population soumise et indifférente"

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • https://ytube.tv/watch?v=th3A2i5Sz6s

    et ils bloquent le compteur de la vidéo (qui a bondit de 0 à 40.000 en 4 heures donc...... calculez

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • de la Commune de Paris aux gilets jaunes.

    Il flotte comme un air de régicide en France ces dernières semaines.

    Mais finalement le roi est resté et ce fut un populicide

    Mais si le souvenir de 1789 est souvent rappelé, en réalité, les Gilets jaunes peuvent aussi s'inscrire, bien que confusément pour le moment, dans un autre héritage, celui de la révolution où les travailleurs ont conquis le pouvoir d'état : la Commune de Paris de 1871.

    un article paru le vendredi 30 novembre 2018 – et commenté

    Revendiquer l’héritage révolutionnaire de la Commune de Paris

    Parmi certaines revendications des gilets jaunes avancées dans leur programme, certaines s’inscrivent dans l’héritage, trop méconnu, de la Commune de Paris. Plus encore, revendiquer cette page de notre histoire permet de donner un horizon et une histoire au mouvement, et ainsi dépasser certaines de ses limites actuelle : s’attaquer à la propriété privée, mais aussi aux forces garantes de cet ordre qu’est la police, (mais la police a gagné, en toute illégalité, et avec une barbarie de pervers sadique, comme à son accoutumée !!!)

    et aux institutions anti-démocratique et non représentatives. (qui ont fait taire les démocrates en … les accusant d’être antisémites !!! tirez-en les conclusions, inspecteur Bourrel!)

    Comme l’explique en effet l’historien Gérard Noiriel dans un entretien au Monde : « Les « gilets jaunes » qui bloquent les routes en refusant toute forme de récupération politique s’inscrivent confusément dans le prolongement du combat des sans-culottes en 1792-1794, des citoyens-combattants de février 1848, des communards de 1870-1871 et des anarcho-syndicalistes de la Belle Epoque. »

    Car l’air du temps est à la colère populaire et beaucoup d’observateurs, et en premier lieu d’acteurs du mouvement des gilets jaunes évoquent régulièrement Mai 68 (non, mai 68 était une révolte-acnée juvénile de fils de bourgeois contre papa-bourgeois ! Comme ceux de Jacques Brel ! ils sont redevenus bourgeois après. Et pires que papa!) ou encore 1789 (1789 était un essai de coup d’État de Philippe d’Orléans ! Qui voulait agiter le peuple avant de s’en servir). Face à la répression brutale de l’Etat et à son incapacité à améliorer d’une quelconque manière la vie de la population, (car dans l’Union européenne, qui leur impose les gopé) ces références révolutionnaires fleurissent un peu partout sur les points de blocages, dans les manifestations ou sur les groupes facebook. Pourtant, il est une date essentielle de l’histoire des révolutions trop peu connue, alors même qu’elle permet dans la période actuelle de penser des perspectives très pertinentes pour les revendications démocratiques formulées par les gilets jaunes : il s’agit de la Commune de Paris de 1871 lorsque les travailleurs parisiens se sont emparés du pouvoir.

    En effet, de la même façon que le mouvement des gilets jaunes est le résultat de longues années de colère engrangée suite aux politiques d’austérité imposées de manière autoritaire par les classes dominantes (ça a commencé en 1983 avec Delors et Rocard, puis après Maastricht via l’UE), la Commune de Paris a été une explosion particulièrement puissante de la lutte des classes après une longue période d’agitation sociale et de colère. La contestation ouvrière, les grèves se faisaient de plus en plus pressantes contre le régime dictatorial du Second Empire dirigé par Napoléon III. Lorsque, suite à la guerre franco-prussienne, l’Empire s’écroule, la République est proclamée à Paris. Ce changement de nom est bien formel puisque la grande majorité du personnel politique est resté inchangée ! Face à la tentative du nouveau gouvernement de d&e/www.revolutionpermanente.fr/Commune-de-Paris-Il-s-imposaient-leur-gouvernement" target="_blank">la révolution éclate.

    Dès lors, les travailleurs décident, tout en commençant à changer l’organisation économique, de composer leur propre gouvernement, avec la ferme idée de rompre définitivement avec les pratiques anciennes. Ils vont alors créer un régime parmi les plus démocratiques qui aient pu exister.

    Un des régimes les plus démocratiques qui aient existé

    Une assemblée unique à la fois législative et exécutive élue à la proportionnelle, avec des élus disposant de mandats révocables et dont le salaire n’excède pas celui d’un travailleur, des obligations qui sont même étendues à l’ensemble des fonctionnaires de tous les domaines (éducation, justice etc...). Et c’est sans compter sur l’ouverture de la citoyenneté à tous les étrangers et le droit de réunion et de presse sans aucune restriction. A une époque où la législation du travail est inexistante, la Commune instaure un mécanisme de salaire minimum, interdit les amendes et les retenues sur salaire. De mars 1871 jusqu’à sa répression par l’armée versaillaise fin mai 1871, qui fera près de 30.000 morts, la Commune réinvente la politique.

    Page historique largement occultée, notamment dans les programmes scolaires, la Commune de Paris est riche d’enseignements pour penser et mettre en place un régime bien plus démocratique que celui que nous connaissons. Dans de telles conditions, où les élus doivent rendre des comptes et peuvent être révoqués, les Macron, Balkany, Sarkozy, Hollande, Le Pen (la liste est encore longue...) n’auraient pas fait long feu en politique ! De nombreuses mesures qui vont dans ce sens se retrouvent déjà dans les revendications des gilets jaunes. Le slogan qui cristallise toute la colère exprimée par le mouvement pourrait se résumer aujourd’hui à « Macron démission ». Certains se demandent déjà qui pourrait le remplacer mais en réalité, comme l’incendie ne risque pas de s’éteindre avec la question de la taxe sur l’essence, derrière Macron, c’est bien la fonction présidentielle qui est visée. Le Président concentre tous les pouvoirs et, face à la mobilisation de la population, gouverne à coups de 49.3, d’ordonnances tout en réprimant violemment toute contestation. De même, de plus en plus de monde s’accorde à revendiquer la suppression du Sénat. Dans tous les systèmes de démocratie bourgeoise, le Sénat joue un rôle conservateur. Ses membres sont souvent plus vieux et ne sont pas élues par la population : le Sénat ne représente que l’élite politicienne !
    Plus encore, l’énorme répression (et qui ne fait que commencer ! Maintenant que le mouvement est sur le reflux, la mafia de clébard qui nous gouverne, ses journaputes et ses tribunaux, présidés tous maintenant par des bonnes-femmes, vont se déchaîner avec hystérie) subie par les gilets jaunes se poursuivra, et aucune des revendications fondamentales ne pourra aboutir sans s’attaquer à l’institution de répression de la bourgeoisie garante de l’ordre et de la propriété privée : la police. Le niveau de répression de la manifestation de samedi dernier n’est en réalité qu’un prélude à la répression féroce que la bourgeoise est prête à déchaîner pour garder le pouvoir – Macron ou un autre. C’est ce qui a mené la Commune à s’attaquer non seulement à la propriété privée, mais aussi nécessairement à ses gardiens, dissolvant les forces de police de l’état pour créer une milice populaire. Comme l’écrit Engels, dans sa préface à La guerre civile (1871), de Karl Marx, qui narre le récit de la Commune de Paris : « Le 30, la Commune supprima la conscription et l’armée permanente et proclama la garde nationale, dont tous les citoyens valides devaient faire partie, comme la seule force armée ; elle remit jusqu’en avril tous les loyers d’octobre 1870 [...]. »

    Un gouvernement de la classe ouvrière et ses alliés

    Les revendications démocratiques contre ce gouvernement des riches mais aussi contre les institutions de la Vème République sont un élément central pour que ce mouvement obtienne de réelles avancées de manière durable, aussi sur les autres revendications (hausse - - et retour à l’indexation ! - des salaires, une fiscalité juste qui taxe les plus riches, réinvestissement des services publics - impossible tant qu’on restera dans l’Union Européenne - etc...). Car le premier obstacle, c’est bien sûr cette caste politicienne, grassement payée, dans les ministères et sur les bancs de l’Assemblée Nationale (combien parmi-eux sont des travailleurs ? - ce qui montre bien la nécessité du tirage au sort, Chouard a raison !), qui cherche à conserver ses privilèges. Mais, surtout, ce régime antidémocratique est au service du grand patronat français pour faire passer ses contre-réformes largement impopulaires (en se cachant derrière l’Union européenne) et rogner toujours plus sur nos conditions de vie.
    Ainsi, c’est aussi un des enseignements majeurs de la Commune de Paris qui a, entre autres, mis en place la réquisition des logements vides, qui a instauré un statut d’égalité entre les hommes et les femmes, l’éducation gratuite : toutes les mesures sociales qui sont aujourd’hui plus que jamais nécessaires ne seront jamais acceptables pour la bourgeoisie. Seule une démocratie où c’est la majorité de la population, les travailleurs, qui gouverne pourra établir une société réellement juste qui réponde aux aspirations de la population.

    Et pour ça il faut réfléchir avec non seulement Maxime Nicolle mais surtout Bernard Friot

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Quand on voit ce qui se passe de nos jours,comment, et combien, « on » utilise les procédés les plus mensongers et les plus malhonnêtes pour diaboliser, pour discréditer, pour baillonner, et/ou incliner les public à ne même pas les  lire  ou regader leurs vidéos, ceux dont la pensée ou les enquêtes, risquent de repréenter une menace pour nos maîtres, pour l’Establishment, pour la flicaille, pour le grand Quand on voit ce qui se passe de nos jours,comment, et combien, « on » utilise les procédés les plus mensongers et les plus malhonnêtes pour diaboliser, pour discréditer, pour baillonner, et/ou incliner les public à ne même pas les  lire  ou regader leurs vidéos, ceux dont la pensée ou les enquêtes, risquent de repréenter une menace pour nos maîtres, pour l’Establishment, pour la flicaille, pour le grand capital, pour l’impérialisme.
    Au point que quand on voit quelqu’un être l’objet d’une vaste campagne de dénigrement, la première réaction d’un intellect sain doit être la méfiance, de se poser la question basique de tout bon inspecteur de police qui aborde une enquête « hmm, à qui profite le crime ? »,  et puis surtout de ne pas éviter de le lire/regarder, ce qui est visiblement le but de ceux qui organisent cette campagne de dénigrement, mais d’aller voi sur pièce, justement, ce qu’il dit, ce qu’il montre, ce qu’il apprend, et qui apparemment gêne, puisqu’on cherche à le décrédibiliser !
    Donc quand on est « échaudé » par ce qu’on voit de nos jours. Ben ça doit avoir un effet rétroactif ! Dans le passé, au cours de l’histoire, il y a déjà eu des gens qu’on  a étiqueté d’affreux, de « sanguinaires » etc. Et que vous n’avez sûrement pas cherché à connaître davantage à cause de ça, et en tous cas vous n’avez surement pas lu les œuvres – qui a lu Robespierre ? Qui a lu Marat ? capital, pour l’impérialisme.

    Au point que quand on voit quelqu’un être l’objet d’une vaste campagne de dénigrement, la première réaction d’un intellect sain doit être la méfiance, de se poser la question basique de tout bon inspecteur de police qui aborde une enquête « hmm, à qui profite le crime ? »,  et puis surtout de ne pas éviter de le lire/regarder, ce qui est visiblement le but de ceux qui organisent cette campagne de dénigrement, mais d’aller voi sur pièce, justement, ce qu’il dit, ce qu’il montre, ce qu’il apprend, et qui apparemment gêne, puisqu’on cherche à le décrédibiliser !
    Donc quand on est « échaudé » par ce qu’on voit de nos jours. Ben ça doit avoir un effet rétroactif ! Dans le passé, au cours de l’histoire, il y a déjà eu des gens qu’on  a étiqueté d’affreux, de « sanguinaires » etc. Et que vous n’avez sûrement pas cherché à connaître davantage à cause de ça, et en tous cas vous n’avez sûrement pas lu les œuvres – qui a lu Robespierre ? Qui a lu Marat ?


    Or justement Marat, dont à part son assassinat les gens en général ne savent rien, parce que, contrairement à Rousseau (qui d’ailleurs a bien failli tomer dans l’oubli lui aussi, tellement Voltaire, et d’autres l’ont sali)  ne le lisent pas ! …. Or, si on le lit, on découvre des choses comme ça par exemple :


    * « La liberté de tout dire n'a d'ennemis que ceux qui veulent se réserver la liberté de tout faire. Quand il est permis de tout dire, la vérité parle d'elle-même et son triomphe est assuré. »


    * « La trop grande sécurité des peuples est toujours l'avant-coureur de leur servitude. »
    (très d’actualité en notre époque qui a fait de la « sécurité » un dieu, et qui au nom de cette sécurité est en train de nous supprimer toutes les libertés ….)
    (comment il conçoit l’ordre qui doit régner dans une armée républicaine, c’est donc valable aussi pour la police …)

    « leur devoir de citoyen les oblige d’examiner les ordres qu’ils e reçoivent, d’en peser les conséquences, d’en prévenir les suites Ainsi lorsque ces ordres sont suspects, ils doivent rester dans l’inaction ; lorsque ces ordres blessent les droits de l’homme, ils doivent y opposer un refus formel ; lorsque ces ordres mettent en danger la liberté publique, ils doivent en punir les auteurs ; …
    Tout serment contraire à ces devoirs sacrés est un sacrilège qui doit rendre odieux celui qui l’exige, et méprisable celui qui le prête. »


    * « Le droit qu’ont les citoyens de s’assembler où il leur plaît,et quand il leur plaît, pour s’occuper de la chose publique, est inhérent à tut peuple libre. Sans ce droit sacré, l’État est dissous, et le souverain est anéanti ; »


    * Qu’aurons-nous gagné à détruire l’aristocratie des nobles, si elle est remplacée par l’aristocratie des riches ? »

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Chouard :

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le régime profite maintenant que le mouvement des gilets jaunes s'affaiblit, pour déclancher la terreur, une campagne systématique de fichage, d'intimidation de répression totalitaire tous azimuts !

    texte d'un scientifique habitant Pertuis dans le Vaucluse:

    "17/6/19 : Pertuis, Vaucluse (où il n'y a strictement jamais eu de débordements, de dégradations) la chaîne de magasin qui avait prêté un local l'a finalement récupéré après trois mois en s'assurant contre une nouvelle occupation des locaux. Les gendarmes effectuent maintenant des visites à domicile (...) chez des militants Gilet Jaunes de la première heure, qui ont par exemple occupé des péages et qui semblent s'être détournés du mouvement. Comme récemment chez un ouvrière de 42 ans. Il manient consciencieusement l'intimidation et la recherche de témoignages: "qui étaient les meneurs ? Pouvez-vous donner des noms?". On assiste à une fascisation et à un ficheage généralisé. Si vous avez participé à une manifestation, vous aurez été photographié. Vous êtes donc fiché(e). La gendarmerie est donc tout à fait à même de vous rendre visite à tout moment. Si nous ne protestons pas contre ces méthodes, le fait de manifester (ou de demander un réferendum), de porter un gilet jaune (ou une cravate de même couleur) seront considérés, sinon comme des délit, du moins comme une excellent raison de vous ficher et d'exercer des pressions sur vous. Votre gendarmerie s'en chargera en obéissant consciencieusement aux ordres du parquet. Le pouvoir a les hommes, les informations (sur vous), l'argent, les lois et la presse. Quelque chose est en marche d'extrêmement inquiétant. Une "dictature douce" dit Michel Onfray. Est-ce que vous vous en rendez compte ? Non, sans doute. Ne comptez pas sur votre presse, sur vos médias pour monter aux créneaux. Les Gilets Jaunes de Pertuis ont prévu le samedi 29 juin une manifestation depuis le rond point du Magdonald (départ vers 18 heures) jusqu'au Palais de Justice pour dénoncer ces mesures d'intimidation. J'y serai."

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    « Mâchez vers la liberté ! »Voici un nouveau produit qui va résoudre vos problèmes : un chewing-gum spécial vous apprend à haïr. Avec la bénédiction du Ministère de la Santé Publique, dans le cadre de la Lutte contre les Dépendances, bien-sûr.

    La dépendance envers un être aimé, c’est aussi une dépendance, et il faut s’en sevrer. grâce à cette gomme contenant un produit spécial, jour après jour vous allez vous libérer de votre dépendance envers tout être aimé et vous serez enfin psychologiquement libre, et correct. A la fin vous ne serez plus capable d’aimer personne, même pas vous-même (autre dépendance, une "addiction" comme ils disent ! vous êtes donc des coupables si vous voulez pas mourir), comme ça vous pourrez marcher vers l’euthanasie en toute sérénité !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    c'est comme pour DETTINGER !!! smilemoney^^ ça fait chaud au coeur !! il y a encorun peuplefrançais, peuple de bons sens au grand coeur et qui n'a pas perdu  le sens d es valeurs, LUI !!!!

     

     

    Pétition En soutien à l'abbé Michel Francis suite à la messe du 2 juin, nous le soutenons pour qu'il préserve sa place en tant que prêtre e.
    "l''
    Abbé Francis Michel a chanté dans une église une chanson hostile au chef de l'État. Il était entouré de plusieurs "gilets jaunes". La justice a été saisie. Ce jour de messe, les chants de manifestations ont remplacé les chants sacrés. Une cinquantaine de "gilets jaunes" se sont approchés devant l'autel pour entonner un chant anti-Macron avec le prêtre Francis Michel, en soutane. Cette scène surprenante s'est déroulée dimanche 2 juin dans une petite église normande. Elle a fait le tour des réseaux sociaux. Aujourd'hui, l'Abbé Michel se dit dépassé mais se défend." Source : Lire l'article France Info

    lisez quelques     uns   des des 1.443 commentaires :

     

    Jésus aurait fait pareil !!!!!

    Le 13/06/2019 à 21:08:53 

     

    parce que je suis hostile à Macron

    Roche - Pamiers Le 13/06/2019 à 21:08:31 

     

    après les journalistes c'est aux prêtres que macron s'en prend, et il critique poutine pour les libertés !!!

    Le 13/06/2019 à 21:08:18 

     

    Il y a bien séparation de l’état et de l’église... Il est curieux que nous n’avons plus le droit à la libre expression. Plus le droit de manifester par contre le droit de se faire tabasser, blesser ou tuer par les force de l’ordre la justice à la solde de l’etat ne se manifeste pas...!

    Jean-michel - Tavira Le 13/06/2019 à 21:08:02 

     

    Honneur au courage d'un homme qui s'engage. Je signe !

    Monique - Le kremlin-bicetre Le 13/06/2019 à 21:07:13 

     

    LIBERTAT ! ! Liberté !

    Freddy - Le 13/06/2019 à 21:07:05 

     

    > AMEN

    Bruno - Le 13/06/2019 à 21:06:59 

     

    Je suis un mécréant invétéré, mais j'ai travaillé plusieurs années à faire de l'aide humanitaire au Sahel, où j'ai cotoyé des cathos et des curés avec une belle ouverture d'esprit. Voila pourquoi je soutiens une personne qui me parait avoir une ouverture d'esprit certaine.

    Le 13/06/2019 à 21:06:51 

     

    C'est la réponse du berger à la bèrgère tout de même ce chef de l'état qui , à chque fois qu'il le peut, ils écrasent d'insultes les Français, macron n'a que ce qu'il mérite, par ailleurs il y a des insultes à notre pays et citoyens , qui ne sont jamais condamnées-

    Le 13/06/2019 à 21:06:23

     

    nous devons etre libres de nos actes en démocratie

    Colette - Cahors Le 13/06/2019 à 21:04:36 

     

    Pour une rare fois, que l'on a un abbé avec de l'humour, laissons le tranquille !

    Bernard - Le grau du roi Le 13/06/2019 à 21:04:14 

     

    Macron demission

    Dan - Kourou Le 13/06/2019 à 21:03:48 

     

    Pour la liberté de s exprimer..

    Le 13/06/2019 à 21:03:47 

     

    pour la liberté d'expression.

    Michel - Pleumeur bodou Le 13/06/2019 à 21:03:42 

     

    Bravo

    Christophe - Laives Le 13/06/2019 à 21:02:06 

     

    bravo l'abbé ,continuez !!.

    Claude - La Voge les Bains Le 13/06/2019 à 21:01:27 

     

    je le soutiens

    Allegre - Objat Le 13/06/2019 à 20:58:06 

     

    Bravo à cet abbé. Il grandi l'église en se montrant près des citoyens en souffrance.

    Thérèse - Corneilla de la rivière Le 13/06/2019 à 20:57:50

    C'est ça la république...

    Raphael - Merignac Le 13/06/2019 à 20:57:03 

     

    Évêque et pouvoir macronnienne sont contre vous, mais Dieu et le peuple sont avec vous. Honoré

    Le 13/06/2019 à 20:56:34 

     

    il a eu mille fois raison ! Jésus l'aurait félicité (et aurait été crucifié pour ça, c'est d'ailleurs effectivement ce qui lui est arrivé ! pour avoir mis en cause les gras profits de la mafia des changeurs du temple). on ne peut critiquer de chanter une chanson anti-macron à messe alors que certaines églises y disent des prières pour le roi ou le gouvernement du pays ou les forces armées ii!!! chanter pour le peuple du pays vaut beaucoup mieux ! C'est un vrai prêtre disciple de Jésus, soutenons le de tout coeur !

    R - Ste catherine (pas-de-calais) Le 13/06/2019 à 20:56:34 

     

    Particulier ou curé, chacun a bien le droit de dire ce qu’il a envie. On est pas dans un pays totalitaire.

    Guy - Plaimbois vennes Le 13/06/2019 à 20:56:05 

     

    pour la liberté d'expression

    Gerard - Serres Castet Le 13/06/2019 à 20:55:54 

     

    Que voulez-vous? Museler déjà les pauvres, puis les gilets jaunes après il faudra les parquets en garde à vue. Cela a un air de déjà vue... Liberté égalité et fraternité nous sommes français, vive la République.

    Jean-michel - La chapelle blanche Le 13/06/2019 à 20:54:56 

     

    La liberté d' expréssion est un droit dans une république démocratique.Somme nous dans une république monarchique?

    Le 13/06/2019 à 20:54:42 

     

    Un prêtre reste un homme, libre de ses opinions , dans l'église !! pas tellement la place des chants "révolutionnaires " mais ....il faut le cran même avec séparation de l'église et l'Etat.....

    Christiane - Luce Le 13/06/2019 à 20:54:10 

     

    La justice aurait mieux à faire. Par exemple, s’occuper des milliers d’éborgnés et amputés / répression policière. Je ne suis pas un gilet jaune mais je les comprends.

    Le 13/06/2019 à 20:53:56 

     

    Bientôt nous ne pourrons plus rien faire malheureusement

    Le 13/06/2019 à 20:53:44

    pour la liberté d'expression

    Gerard - Serres Castet Le 13/06/2019 à 20:55:54 

     

    Que voulez-vous? Museler déjà les pauvres, puis les gilets jaunes après il faudra les parquets en garde à vue. Cela a un air de déjà vue... Liberté égalité et fraternité nous sommes français, vive la République.

    Jean-michel - La chapelle blanche Le 13/06/2019 à 20:54:56 

     

    La liberté d' expréssion est un droit dans une république démocratique.Somme nous dans une république monarchique?

    Le 13/06/2019 à 20:54:42 

     

    Un prêtre reste un homme, libre de ses opinions , dans l'église !! pas tellement la place des chants "révolutionnaires " mais ....il faut le cran même avec séparation de l'église et l'Etat.....

    Christiane - Luce Le 13/06/2019 à 20:54:10 

     

    La justice aurait mieux à faire. Par exemple, s’occuper des milliers d’éborgnés et amputés / répression policière. Je ne suis pas un gilet jaune mais je les comprends.

    Le 13/06/2019 à 20:53:56 

     

    Bientôt nous ne pourrons plus rien faire malheureusement

    Le 13/06/2019 à 20:53:44 

     

    OÙ LA LIBERTÉ L’EGALITE LA FRATERNITÉ C’EST DE LA DICTATURE SEIGNEUR OCCUPE DETOI DE CE PETIT MACRON AMENE LA PUISSANCE DE L’ESPRIT SAINT SUR LA FRANCE POUR LA DÉLIVRER DE SES DÉMONS .

    Le 13/06/2019 à 20:53:14 

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • AU LIEU DE SiMPLEMENT PENSER AUX CONSEQUENCES DE NOTRE IMPUISSANCE POLITIQUE PENSER AUX CAUSES DE NOTRE iMPUISSANE POLITIQUE

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • L’Europe n’est pas une expression géographique, c’est une idéologie. (celle du libéral-Fascisme)

    Son usage est d’ailleurs typiquement marqué socialement.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire