• la vérité sort de la bouche des poètes

    Jules Laforgue

    COMPLAINTE DE L'OUBLI DES MORTS

    Mesdames et Messieurs,
    Vous dont la mère est morte,
    C'est le bon fossoyeux
    Qui gratte à votre porte.

    Les morts
    C'est sous terre ;
    Ça n'en sort
    Guère.

    Vous fumez dans vos bocks,
    Vous soldez quelque idylle,
    Là-bas chante le coq,
    Pauvres morts hors des villes !

    Grand-papa se penchait,
    Là, le doigt sur la tempe,
    Sœur faisait du crochet,
    Mère montait la lampe.

    Les morts
    C'est discret,
    Ça dort
    Trop au frais.

    Vous avez bien dîné,
    Comment va cette affaire ?
    Ah ! les petits mort-nés
    Ne se dorlotent guère !

    Notez, d'un trait égal,
    Au livre de la caisse,
    Entre deux frais de bal :
    Entretien tombe et messe.

    C'est gai,
    Cette vie ;
    Hein, ma mie,
    Ô gué ?

    Mesdames et Messieurs,
    Vous dont la sœur est morte,
    Ouvrez au fossoyeux
    Qui claque à votre porte ;

    Si vous n'avez pitié,
    Il viendra (sans rancune)
    Vous tirer par les pieds,
    Une nuit de grand'lune !

    Importun
    Vent qui rage !
    Les défunts ?
    Ça voyage....

     
    « Il a raison. C'est vrai que dans cette prison de nos maîtres où nous sommes on se retrouve dans un monde de putes.Perkins : "corporocracy" - c'est à dire ce qu'en français on appelle "le grand capital" »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :