•   De nos jours les femmes sont habillées exactement comme les hommes, c’est à dire en cow-boys, comme Lucky Luke ( mais sans chapeau et sans cigarette !) : blue-jean’s de marque ostentatoire et tee-shirt noir. 
    - Alors il n’y a vraiment aucune manière de les reconnaître ? Si ! les femmes on les reconnaît à ce qu’elles ont les joues creuses, les traits aigus, la physionomie glacée et l’air hargneux.

    De plus si quelqu'un se conduit de manière détendue, sociable et aimable, c’est que c’est un homme

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • "L'histoire ne se répète jamais mais elle begaye tout le temps" dit-on, une nouvelle sorte d'Union Soviétique se met en place, la fameuse Union "Européenne" avec son idéologie imposée, ses diktats, ses privilèges qu'on cache (voir le lien), ses oligarques autoproclamés, son flicage totalitaire des "citoyens" (projet INDECT, et les autres !), sa propagande, son mensonge médiatique, le filet de plus en plus dictatorial qu'il jette sur les nations (et les gens ! et même les entreprises, enfin, les petites !) ressemble de plus en plus à feue l'URSS, l'URSS à peine tombée on en a construit une nouvelle sauf que ce n'est plus pour imposer" le communisme mais à celui le capitalisme sauvage, et la soumission à l'impérialisme Eatsunien, et maintenant l'annexion de l'Europe à l'empire US, en commençant par le "Marché Atlantique", dont la suite sera comme pour la CEE une union/soumission monétaire puis politique, et ce sera la FIN ! donc on est sous la dictature du PCURSA : le PARTI CAPITALISTE DE l'UNION des REPUBLIQUE SECURITAIRES ATLANTISTES.

    (et comme l'ancienne avait imposé l'usage universel de la langue russe et la destruction des cultures, celle-ci impose l'usage universel de l'anglo-américain lui aussi aliénant destruction de nos cultures au profit de la puissance colonisatrice !)

    http://www.dailymotion.com/video/x11bt9d_scandale-au-parlement-europeen-argent-facile-champagne-a-gogo-et-autres-privileges_news

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Qu’elle plaisir de voir tous ces traitres et bon á rien se faire piquer les oreilles par la Vérité !! (quand aurons-nous ce genre de député(e) en France ??. honnèteté et courage : respect total.)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    La grande différence entre le protestantisme et le catholicisme est la notion de PARDON. Le pardon des péchés (et tout ce qui va avec) est quelque chose de central dans le catholicisme, dans le protestantisme ça n’existe pas, on est prédestiné dès la naissance pour être sauvé ou damné, il n’y a pas de pardon !

    Ça fait des sociétés tout différentes !

    et surtout ça laisse des traces, indélèbiles, dans les sociétés, après que les religions sont mortes.

     

    Il y a aussi la notion du Démon. Chez les protestants la chasse au péché rend coupable le pécheur, l’Axe du Mal à lui tout seul ! intrinsèquement mauvais ; tandis que chez les catholiques le mal c’est le Diable, et le Diable devient la hantise, la peur, mais aussi le Diable entre dans le corps du pécheur, on peut donc l’en faire sortir, et alors le pécheur est libéré, et redevient innocent comme l’enfant qui vient de naître.

     

     

     

    « Quand tu vois ton frère en train de pécher, couvre-le du manteau de ton amour »

    Saint Isaac le Syrien

     

     

    et puis il y a toutes les névroses totalitaires du puritanisme. L'eugénisme est né et a été pratiquée - chronologiquement USA, puis Suisse, puis Scandinavue, l'Allemagne seulement après, quand Hitler est venu au pouvoir - dans les pays protestants, pareil ce sot eux qui ont lancé la "tolérance zéro" et le Libérl-Fascisme, c'est pourquoi Pierre Jovanovic dit http://www.youtube.com/watch?v=D-bYgeDCzUQ minutes 22-24 "c'est ce monde protestant typiquement orwellien"  -" le vol de la démocratie va avec le fait qu'il y ait des espèces de connards qui interdisent aux gens d'acheter des bouteilles de coca-cola de deux litres"
    Ne pas oublier aussi de revoir le film "Breaking the waves"

     


    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • quand aux "antifas" prétendûment d'extrème-gauche, je crois que ce sont en fait des agents d'influences appartenant "Services" de l'OTAN ou manipulés par ceux-ci. D'ailleurs ça fait des décennies qu'il y en a Gonzales-Mata, qui en fut un, le raconte dans ses livres.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • C'est pourquoi les capitalistes en ont horreur ! pour rien d'autre, et c'est pourquoi la lutte des classes pratiquée par les financiers passe par la fameuse "indépendance" des banques centrales, l'esclave des nations par la "dette", et tout ça; Rougeyron explique tout ça avec beaucoup de compétence, c'est une "tête" !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • "Quelle belle vie !" Et après on meurt, et

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le 22 mai, Ibragim Todashev, un témoin clé dans les événements entourant les attentats à la bombe du marathon de Boston, a été assassiné par un agent du FBI à sa résidence en Floride. Todashev, une présumée connaissance de Dzhokhar et Tamerlan Tsarnaev, les suspects dans l’attentat, n’était pas armé et en garde à vue lorsqu’il a été abattu de sept coups de feu, dont un à la tête.

    Cet événement extraordinaire, dont les quelques reportages ont été enfouis dans les médias américains, a toutes les apparences de dissimulation, de tromperie et de criminalité. Quatre ou cinq explications complètement différentes du meurtre ont été présentées par le gouvernement en l’espace d’une semaine. Aucune de ces explications n’est crédible.

    L’assassinat de Todashev a eu lieu un peu plus d’un mois après l’explosion des deux bombes – qui avait fait 3 morts et 264 blessés – à proximité de la ligne d’arrivée du marathon de Boston. Très rapidement, on a dit à la population que les responsables avaient été identifiés. Peu de temps après, Tamerlan, 26 ans, a été abattu par les policiers. Son frère Dzhokhar, 19 ans, fut grièvement blessé alors qu’il se cachait, sans arme, dans un bateau remisé.

    Dans les jours qui ont suivi l’attentat, la loi martiale fut essentiellement imposée dans la ville de Boston. Dans une opération sans précédent de la police et de l’armée, la population reçut l’ordre de «rester à l’abri» pendant que des véhicules blindés étaient déployés dans les rues et que des équipes SWAT lourdement armées faisaient des perquisitions dans les résidences sans le moindre respect pour les droits fondamentaux.

    À la suite des événements de Boston, on apprit que l’aîné des Tsarnaev – comme presque tous ceux qui ont commis ou tenté de commettre un tel acte – était connu depuis longtemps des services du renseignement et avait possiblement établi des liens avec eux. Des avertissements précis avaient été émis par la Russie et ces avertissements avaient été ignorés. On apprit aussi qu’un proche collaborateur de Tamerlan et deux autres personnes avaient été tués au moment du dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2011, un an et demi avant les attentats de Boston.

    C’est dans ces conditions qu’une personne qui connaissait les frères Tsarnaev et qui pouvait détenir des renseignements précieux vivait en Floride. Mais avant même que ce témoin clé put être publiquement interrogé, et avant qu’une quelconque accusation ne soit portée contre lui, il fut abattu par un agent du FBI dans des circonstances extrêmement douteuses.

    Le jour de la mort de Todashev, en l’absence de tout avocat et, on présume, ses droits «Miranda» bafoués, au moins quatre agents des services fédéraux et régionaux ont passé huit heures avec lui dans sa résidence pour supposément lui faire avouer qu’il était responsable des meurtres commis avant le marathon de Boston.

    Avant cet interrogatoire, Todashev avait confié à son colocataire, qui a lui aussi été interrogé, qu’il craignait pour sa vie.

    Le père de Todashev a récemment déclaré lors d’une conférence de presse à Moscou que les photos provenant de la morgue prouvaient que certains coups de feu devaient avoir été tirés pendant que son fils était étendu au sol, le tireur au-dessus de lui. Le père a décrit en russe le tir à la tête comme un «tir d’assurance», c’est-à-dire un tir à bout portant pour garantir que la victime est bien morte; une pratique digne de la mafia.

    À la suite de l’incident, plusieurs explications officielles contradictoires des moments précédant la mort de Todashev ont été communiquées et répétées scrupuleusement par les médias américains.

    D’abord, l’Associated Press a rapporté que «les responsables des forces de l’ordre disent que l’on a tiré sur [Todashev]… après qu’il s’est jeté avec un couteau sur un agent du FBI». Selon l’article, les blessures qu’avait subies l’agent n’étaient «pas mortelles». Cependant, il fut par la suite admis qu’il n’y avait pas de couteau sur la scène du crime.

    Personne n’a tenté d’expliquer pourquoi les responsables ont affirmé qu’un couteau avait été utilisé même s’il n’y en avait pas. Au contraire, une série de nouvelles explications, toutes plus incroyables les unes que les autres, fut offerte. Dans une version fournie par un réseau de télé d’Orlando, Todashev aurait tenté d’agripper le revolver de l’agent. Dans une autre, celle d’ABC News, Todashev aurait essayé de s’emparer d’une «épée de samouraï» qui avait été apparemment laissée à proximité.

    Selon l’explication fournie par un groupe associé à Fox News, Todashev se serait effectivement emparé de l’épée de samouraï (pas une véritable épée, mais plutôt un objet décoratif) pour ensuite attaquer l’agent.

    Dans la dernière version, celle du New York Times, Todashev aurait attaqué l’agent du FBI avec une «barre de métal» qui «aurait pu être [?] un balai».

    L’explication où la personne «s’empare d’une arme» est une pratique bien connue dans les «enquêtes» policières qui tentent de justifier l’assassinat d’une personne non armée.

    D’autres déclarations demeurent inexpliquées et contradictoires. LeWashington Post a rapporté le 29 mai que, pour une raison inconnue, tout juste avant le meurtre, tous les autres interrogateurs ont laissé l’agent du FBI seul dans la pièce avec Todashev.

    Dans l’article du New York Times paru le lendemain, on lit qu’il y avait un agent de plus dans la pièce. Cet agent, d’après un haut représentant que leTimes cite avec crédulité, n’a jamais fait feu, car, supposément, il craignait de blesser son collègue. Il faut croire que celui qui a tué Todashev ne partageait pas cette préoccupation.

    Ni l’agent du FBI qui a tiré sur Todashev, ni personne d’autre, n’ont été nommés publiquement ou détenus à des fins d’interrogation.

    Il existe une explication du meurtre de Todashev beaucoup plus probable que les histoires opportunes et ridicules publiées dans les médias : Todashev était en possession de renseignements sur le présumé responsable des attentats de Boston, Tamerlan Tsarnaev – peut-être, ce qui est fort possible, sur ses liens avec le service des renseignements américain – qui pouvaient miner le scénario officiel. À un certain moment du long interrogatoire, les agents à Orlando auraient reçu l’ordre, possiblement de quelqu’un à Washington, de se débarrasser de Todashev «par extrême préjudice».

    L’assassinat de Todashev remet encore plus en question l’explication officielle des événements de Boston.

    La semaine dernière, le Service fédéral de sécurité de Russie a affirmé qu’il avait fourni aux autorités américaines suffisamment de renseignements pour empêcher les attentats de Boston. Cette assertion a été confirmée par le député américain William R. Keating après une visite à Moscou.

    Keating, pendant qu’il était à Moscou, a aussi admis que le service des renseignements russe avait exigé d’être averti si Tsarnaev se rendait en Russie. Les autorités américaines n’ont jamais expliqué pourquoi elles ne l’avaient pas fait ou pourquoi elles avaient laissé Tsarnaev se rendre en Tchétchénie, et en revenir, sans l’interroger.

    Comme pour les attentats du 11 septembre 2001, il y a près de 12 ans, on ne peut expliquer l’attitude du service des renseignements des États-Unis comme une incapacité à «établir les liens». Que ces agences – grassement financées dans le cadre de la «guerre contre le terrorisme» – eurent été complètement inconscientes de ce qui se passait tout juste sous leur nez met la crédulité à rude épreuve. En fait, si quelqu’un du service des renseignements américain avait simplement «failli à la tâche», on serait en droit de s’attendre à des démissions, des congédiements et même des poursuites. Plutôt, personne n’est tenu responsable et personne n’a démissionné.

    Les faits sont têtus. Ce que nous savons clairement est qu’un témoin clé lié aux attentats de Boston a été assassiné par l’État. Ce témoin, qui craignait pour sa vie, détenait probablement des renseignements compromettants.

    Le meurtre de Todashev n’a suscité aucune critique au sein de l’établissement politique. Les médias ont joué comme à l’habitude leur sale et servile rôle de dissimulation. À l’exception d’un seul éditorial paru dans leWashington Post qui exprimait la crainte que la mort de Todashev puisse «alimenter de folles théories du complot», personne dans les médias ou les institutions fédérales, d’État ou municipales n’a demandé d’explication ou d’enquête sur ce qui s’est passé.

    Après le meurtre, en septembre 2001 au Yémen, d’Anwar Al-Awlaki, citoyen américain et imam, des questions furent posées quant à la possibilité d’assassinats en territoire américain. Il semble maintenant que c’est ce qui s’est produit. Une autre étape vient d’être franchie vers la mise en place d’un État policier.

    Tom Carter

    Article original, WSWS, paru le 3 juin 2013

    Mondialisation.ca

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le problème c'est que

    Le problème c’est que de nos jours les classes populaires n’ont plus aucune culture de gauche ; les gens qui se pressent devant les stands de livres militants ou dans les associations, sont des bourgeois. - Or il ne faut jamais oublier à quel point comme le fait remarquer Marx, les conditions matérielles de vie déterminent les pensées des gens – Alors que voulez-vous attendre de ça ?! quelques réflexions dérangeantes sur une partie des problèmes, mais le naturel bourgeois revient au galop, et même quand ils ne dérivent pas vers le PPA- Marianne2-petits -fours, ils restent inconscient, insensibles, ne peuvent comprendre ce que c’est que le travail, et la vie de salariés, ou de ceux qui « attendent les allocs du début du mois avec courage » (El Matador – « Péril jeune »), ni ne peuvent avoir une vrai hiérarchie des valeurs, et sont déformés, souvent par leur positions de profs du coté du manche, ou de zélotes du « social », le libéral-fascisme ils ne le vivent pas dans leur chair, ni dans leur avenir !! la solidarité ils ne connaissent pas, la lutte des classes forcément ça leur fait peur !

    « La classe ouvrière ne sera libérée que par elle même » disait la Première Internationale, dont tous les dirigeants étaient de vrais ouvriers ! (Karl Marx a toujours refusé d ‘en prendre la tête, il était seulement « correspondant pour l’Allemagne » !)

    Pour Jutta Ditfurth, ce qui est terrible c’est que, au sein de cette bourgeoisie aisée, croît la pensée élitiste, droitière, islamophobe. Une conception autoritaire de la justice se répand chez elle. Bref, la bourgeoisie se corrompt à vue d’œil. Il y a bien longtemps qu’elle est indifférente au sort des victimes de la politique économique. Tant qu’elle peut maintenir ses privilèges et sa propriété, peu lui importent les conditions créées par la consommation de biens chinois, la mort des enfants africains, les immigrants qui se noient dans la Méditerranée ou qui croupissent derrière les barbelés des camps d’internement. Son attitude empoisonne la société. A travers des campagnes, appuyées par ses moyens de communication, cette bourgeoisie agressive diffuse son message brutal : abandonnez toute espérance (Dante), vous êtes inutiles, vous êtes responsables de votre situation. A quoi servent la solidarité, la démocratie participative, la responsabilité sociale ? La morale bourgeoise a toujours été éthérée, instable, mais aujourd’hui elle a disparu entièrement.

    (source : http://monde-antigone.centerblog.net/ )


    (c’est comme ça que la « gauche » aux USA est tellement bizarre (et déconnectée des souffrances réelles et des forces réelles du monde où ils vivent) et se polarise (il faut bien se révolter sur quelque chose ! qui fasse "bien" !) sur des gadgets, comme les « droits » des homosexuels, et reste tout à fait insensible à l’exploitation des travailleurs, et à leur humiliation, et à l’insécurité matérielle d’être salarié aux USA. C’est pourquoi la critique que Théodore Kaczynski (Unabomber) a fait de la « gauche » américaines ("hyper-socialisés", conformistes, et agressifs) est pertinente, et pourquoi ils sont en fait (regardez sur le tabac !) encore plus liberticides et totalitaires que les conservateurs !)

    ET FINALEMENT QUAND ON LIT SUR UN FORUM "La gauche et l'extrème gauche ne sont plus que des pâles protestataires, néo-bourgeois, conformistes et formatés"
    ON SE DIT MAIS OUI ! MAIS IL A RAISON, C'EST COMME çA MAINTENANT

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • c'est un véritable appel du 18 juin - l'appel du 18 juin de la situation actuelle

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • maintenant réfléchissez et tirez-en les conséquences !

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Vi kaj mi du kontraux la ter' tuta

    (la video)

    (Claude François)

    1975

     

     

    Mi blondas, vi blondas, vi

    Havas okulojn kiel mi

    Vi ‘stas la sukces' kiun mi ne esperis

    Ni du : ‘stas vira afer’

    Ne diru al panjo, ne ŝi

    Kapablas kompreni

    Mian sorĉon sur ter’ :

     

    Vi kaj mi du

    Kontraŭ la ter’ tuta, vi ĉiam miaflanke

    komprenas miajn tristojn, ombro de mia kor’

    malĝoj’ de mia malĝoj’.

    Ja vi kaj mi du, kontraŭ la ter’ tuta.

    Kaj viaj armeoj da ludosoldatoj,

    Vidinta vin venki, mi nenion plu timas.

     

    Ne ĉiam mi bone amis vin

    Ne ĉiam ni interkomprenis

    Sed vi fariĝas vir’ kaj mia amiko.

    Kiam iam foriros vi

    Kiel la dudekjaruloj

    Se iam ploras vi

    La tempon memoru,

     

    Kiam vi kaj mi du kontraŭ la ter’ tuta

    Mi ĉiam viaflanke, komprenis viajn tristojn,

    ‘Stis ombro de via kor ’malĝoj’ de via malĝoj’.

    Jes vi kaj mi du, kontraŭ la ter’ tuta.

    Kaj viaj armeoj da ludosoldatoj,

    Ni venkis konstante kaj nenion timis.

     

    Vi kaj mi du Kontraŭ la ter’ tuta,

    Vi ĉiam miaflanke komprenas miajn tristojn,

    Ombro de mia kor’ malĝoj’ de mia malĝoj’.

    Jes vi kaj mi du, kontraŭ la ter’ tuta.

    Kaj viaj armeoj da ludosoldatoj.

     

     

     

    Esperantigis Roland PLATTEAU 8-12/10/2003

    Por vidi la tuton de esperantigitaj francaj kanzonoj

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • article d'actualité http://www.toulouseinfos.fr/index.php/dossiers/breves/7840-printemps-des-peres-l-les-feministes-ne-sont-quune-minorite-dextremistes-r.html

    et

    Si vous voulez savoir ce que vivent les pères divorcés et quel est leur sort, cherchez dans ce forum:

    http://www.paternet.net/salon/forum/


    SOS papa

    et ceci :


    Et sur le problème plus général de la perte du sens moral, et par là même de la capacité à aimer et en entretenir des rapports humains solides profonds et normaux avec les êtres, lisez, en espagnol la réflexion de sans doute le plus pertinent penseur politique contemporain Zygmunt Bauman:
    http://www.rebelion.org/noticia.php?id=24178

     

    http://www.amazon.fr/Lhomme-battu-Un-tabou-coeur/dp/2922598047

     

    Et sur les préjugés, bien pratiques ... qui font des femmes des saintes et des victimes, on découvre enfin qu'l y a aussi des hommes battus ! http://www.egaliteetreconciliation.fr/Hommes-victimes-et-Femmes-violentes-premier-colloque-de-l-association-SOS-Hommes-Battus-8761.html

     

    http://laviedeperes.over-blog.com/

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • "cette ville qui autrefois était l'une des plus prospères du royaume s'apparente aujourd'hui d'avantage à Detroit. Crimes, délinquance, drogue, vols en tous genres, la misère ... Mais aujourd'hui il s'agit d'une toute autre criminalité qui sévit, celle mise en place par les pouvoirs politiques. En effet à Charleroi, les élus ont décidé d'imposer un règlement de travail au mendiants, un calendrier avec des plages horaires, des lieux où faire l'aumône et tout un tas d'autres règles à respecter. Au delà de ce réglement fantoche, les contrevenants s'exposent à des amendes, à des arrestations administratives mais surtout se verront confisquer leur maigre recette par la police ... A quand une plage horaire? Des endroits et un calendrier pour crever de faim ou crever tout court?". Ecouter ici le reportage de RTL. Pas mal comme idée... Taxer les mendiants, voilà qui va beaucoup rapporter, en effet. Comme si on pouvait stopper la misère avec un simple réglement municipal...

    CHOSES VUE A BETHUNE
    Un chômeur au bout du rouleau (logé au foyer de rue de Lille selon certains) a poignardé vers 15h40 une jeune femme à la gorge dans l'hypermarché Auchan La Rotonde à Béthune (Pas-de-Calais), ouvert en ce lundi de Pentecôte. Aucun différend n'a opposé les deux personnes. L'agresseur, arrêté par les vigiles, aurait déclaré: "je vais maintenant être logé et au chaud".

    Voilà ce que devient notre "europe" capitalisto-bancaire et son Libéral-fascisme

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Mercredi 5 juin 201
    Préparatifs de guerre contre l'Amérique Latine Rebelle ?



    Après avoir traduit le texte d’Atilio Boron, (Implications géopolitiques de l’incorporation de la Colombie à l’OTAN. Par Atilio A. Boron ) qui en bon diseur de vérité, pose à plat la signification et les implications de la déclaration du président colombien Santos manifestant sa volonté d’intégrer à terme la Colombie (l’obstacle étant sa situation géographique) dans l’OTAN, sachant l’ignorance dans laquelle baigne une majorité de francophones concernant la géopolitique latino-américaine et l’importance de cette région dans la lutte pour la paix dans le monde,, autrement dit pour éviter après la troisième guerre mondiale économique, l’embrasement planétaire d’une guerre à foyers multiples de guerres civiles ainsi que la concocte le Pentagone et ses maîtres, et comme il ne m’est pas possible de traduire tous les articles importants à ce sujet, j’ai décidé de faire des revues de presse informelles sous forme d’échos afin de contribuer à briser les processus de désinformation matraquée par les uns et par le silence coupable des autres.

    Suite à la déclaration de Santos, Evo Morales, le président de Bolivie a lancé un appel à une convocation d’urgence d’une réunion de l’Unasur pour élaborer une politique de défense commune. Rappelons qu’au cours des derniers mois, après que Washington ait exhibé ses couleurs de guerre dans la région, ces processus de défense conjoint ont accéléré leur marche en avant et qu’une école militaire régionale doit être mise en place en Equateur pour rompre définitivement avec cette tradition qui voulait que les militaires latino soient formé par l’Ecole de torture ex des Amérique sous égide de nazis, de la CIA, et du Mossad qui transformaient ainsi les militaires régionaux en garde-chiourme, assassins et bourreaux des peuples locaux. Ce qui avait suscité la révolte du jeune militaire Hugo Chavez et initié son engagement politique.

    Rappelons aussi que la Bolivie a du résister à deux tentatives de déstabilisation proche de coup d’état en moins d’un an. En Juin de l’année passée quand les policiers munis d’armes de guerre (distribuée par différents membres de l’extrême-droite) ont envahi les rues pour réclamer une amélioration de leur conditions de travail, s’attachant à faire monter la tension entre autre en frappant des indigènes surtout des femmes et lançant des insultes racistes au président. Mais comme au Venezuela en avril, ni le peuple, ni le gouvernement n’ont cédé à la provocation. La marche des indigènes des Tipnis dont l’arrivée devait servir de mise à feu s’est détenue, ses leaders affirmant que leur marche était destinée à faire valoir leurs droits et pas à mettre le pays à feu et à sang.

    Peu après, ce sont des membres des Opérations Spéciales étasuniennes, entrés séparément avec des visas touristiques qui ont été surpris en plein entraînement dans les montagnes boliviennes. Et plus récemment, une grève menaçait de mettre le feu au poudre, je vous laisse juger des revendications : retraite à 100% du salaire accompagnée d’une augmentation de 800% de ces salaires. Les syndicats locaux ne sont manifestement pas confrontés au concept d’austérité. Essayez donc de faire cela en Europe… mais ici on y penserait même plus…

    Ajoutons que depuis le coup d’état qui a renversé le président Lugo au Paraguay en juin 2012 on observe une intensification de présence et mouvements de troupes à la frontière de ce pays avec la Bolivie.

    La harpie Clinton a quant à elle lancé quelques imprécations bien sentie pleine de menaces contre la présidente Cristina Kirchner lui intimant de mettre un terme aux avancées (prudentes) du socialisme en Argentine et de se soumettre aux impératifs de la bonne gouvernance néo-libérale. De quoi je me mêle… Et ce malgré que les options prises par Kirchner sont plus proches d’un socialisme de velours à l’ex européenne avec toutes les carences, imperfections et contresens que nous savons. Une critique cohérente de gauche, paysanne et/ou indigène se fait entendre dans le pays.

    L’enjeu que représentent les Malouines est loin d’être anodin puisque sur l’une d’elle, à 700 Km des côtes de Patagonie, est installée une base nucléaire de l’OTAN avec une de ces longues pistes d’atterrissage qui permettent une rapide « projection » de force conforme à la nouvelle doctrine militaire du Pentagone. Rappelons également que lors de la première guerre des Malouines les USA ont violé les statuts de l’Organisation des Etat Américains et du Traité Interaméricain d’Assistance réciproque en se rangeant du côté de la Grande-Bretagne, comme l’a fait remarquer le président du Nicaragua Daniel Ortega lors de sa récente rencontre à Managua avec Nicolas Maduro. Ortega fait remarquer que ce choix a consacré la position des USA comme état extra-régional. Position que veut dorénavant adopter la Colombie.

    Une remarque récurrente : l’Otan constituée dans le cadre de la guerre froide pour contenir le risque de la propagation du communisme en Europe aurait du disparaître quand sont tombés l’URSS et le mur de Berlin. Au lieu de cela on l’a vu se transformer toujours davantage depuis sa participation à la destruction de la Yougoslavie en outil criminel du néo-colonialisme.

    Après avoir fait une déclaration en ce sens, le président de l’Unasur, Rodríguez Araque affirme que cette volonté manifestée par la Colombie de rejoindre l’OTAN se place dans la volonté d’appropriation des ressources régionales et que le Venezuela est actuellement directement menacé. Rappelons que les troupes de Capriles, perdant des élections, déversant dans les rues leur hargne comme il avait appelé à le faire brandissaient des pancartes appelant à l’intervention humanitaire des USA et d’Israël, et qu’une pétition en ce sens à circulé dans leurs rangs.

    Un exemple des formes de déstabilisation actuellement : alors que les entrepreneurs de l’opposition organisent la pénurie des produits de base dans le cadre d’un scénario proche de celui qui avait été utilisé pour préparer le coup d’état contre Allende, avec la même disparition de papier de toilette sur tout le territoire (de quoi en énerver plus dun(e)), des agitateurs se rendent dans les files qui se forment devant les magasins afin d’y provoquer à la violence. Et des actes de sabotages (dont ceux récurrents des lignes électriques) se poursuivent dans un climat de guerre médiatique.

    Alors que le paysage médiatique vient de connaître deux gros coups fourrés. Le changement de direction de la chaine de télévision Globovision, ouvertement putschiste depuis que Chavez a accédé à la présidence et particulièrement active dans le coup d’état de 2002. La nouvelle direction (on ne lui fait pas confiance) annonce un changement de politique et a expédié sur les roses quelques journalistes vedettes qui servaient l’opposition avec loyauté depuis des décennies. Ils pleurent (les journalistes)

    Alors que du côté bolivarien tous s’interroge sur le silence de Maduro concernant l’affaire de la Hojilla (la lame de rasoir). La hojilla c’est (était ?) Mario Silva, journaliste d’investigation d’un immense talent qui avec son excellente équipe d’enquêteurs et sa personnalité décapante à plus d’une fois contribué à révéler les manœuvres de l’opposition avant même qu’elles se produisent. Révolutionnaire de toute la vie, soutien indéfectible du chavisme, il a été limogé après que l’opposition ait produit un enregistrement entre lui et un notable cubain dans lequel il dénonçait tout à la fois le bureaucratisme et la corruption, mais surtout la volonté du président de l’assemblée nationale Diosdado Cabello de prendre la place de Maduro. Rien ne confirme que cet enregistrement soit bien de lui ou que ce soit un faux habile monté grâce aux techniques de pointe du Mossad en la matière, mais le mal est fait, la Hojilla n’émet plus. Il se bat, avec ses armes et occupe le champ médiatique d’une autre manière (Mario Silva)

    Des exemples parmi d’autres pour vous dire que les tentatives de déstabilisations se poursuivent en ce moment à basse intensité, alors que les réunions successives de Capriles d’abord celle discrète avec le grand chef des fascistes et autres nazis régionaux l’ex narco président Alvarez Uribe actuel président du parti régional d’extrême-droite UnoAmerica, suivie de sa réunion fort médiatisée avec le président Santos, jointe à différentes déclarations de la marionnette qui joue le rôle de président des USA, Obama, qui font de la Colombie l’exemple de la démocratie dans la région, celui que font devoir suivre de gré ou de force les autres pays… tout indique que en plus de la guerre psychologique (et cybernétique aussi avec quelques hackers de service) et des déclarations menaçantes et belliqueuses encore au stade verbal, se mettent en place les conditions d’un affrontement militaire.

    Avant les élections plusieurs groupes de paramilitaires colombiens s’étaient fait prendre revêtus d’uniformes militaires vénézuéliens sur le territoire Vénézuélien, l’un deux parce qu’il ne portait pas le bon uniforme au bon moment. La zone frontière reste un sujet d’inquiétude. Bref l’accalmie voir le beau temps dans les relations entre la Colombie et le Venezuela, depuis l’accession à la présidence de Santos, les négociations avec les guérilléros des FARC, tout cela a été balayé comme un coup du revers de la main pour faire place à des préparatifs de guerre d’une part et à l’urgence de mettre en place une force militaire dissuasive de l’autre.

    Et donc il est difficile de juger du travail intérieur du gouvernement vénézuélien en ce moment. Maduro semble être partout à la fois, dans différents pays de la région, dans différents états du pays et même au palais présidentiel de Miraflores. Mais juger de ces capacité comme président du pays, c’est un peu comme se demandé ce que serait devenue la révolution cubaine sans le blocus économique. En Bolivie, au Nicaragua, en Argentine, en Equateur, en Uruguay il a noué des accords qui garantissent l’approvisionnement du pays en biens de premières nécessité, le gouvernement de rue, qui lont améné dans différents états du pays, est applaudit par les uns et descendu en flamme par les autres… et c’est comme cela pour tout…. Malgré cela, parmi les 7 millions de vénézuéliens des millions d’entre eux participent à la défense de la révolution. Et si nombre d’entre eux sont critiques, c’est une critique destinée à faire avancer les choses… Je réserve donc mon jugement.

    Tout ceci contribue aussi à mettre (encore un peu plus) en lumière le rôle que l’OTAN (et les autres outils de guerre au service des corporations transnationales capitalistes). Celui que cette armée n’a jamais cessé de jouer, celui d’agent de l’ingérence militaire dans la destruction de toute tentative d’auto organisation et d’autodétermination des peuples dans le monde en général, alors que des outils plus discrets étaient mis en œuvre pour détruire de l’intérieur l’opposition européenne, usant de la carotte et à présent du bâton pour détruire à la racine l’Europe comme berceau de grands mouvements de libération populaire.

    Incontestablement c’est fait. Et le moment est venu de se poser la question : « Quel rôle réserve à l’Europe la suite du scénario ? » Nous n’avons pas de grandes ressources naturelles convoitables, ni d’immenses terres cultivables, nous avons été évincés de la concurrence à la colonisation, ne jouant plus que le rôle de vassal de seconde zone dans les guerres de l’Empire, les forces d’opposition susceptibles de proposer un projet alternatif au néolibéralisme sont atomisées, ont été perverties ou ont été annihilées… Les populations sont devenues aussi incultes que celles des Etats-Unis et s’il reste quelques cerveaux, rien de plus facile à expatrier. Nous voyons que les corporations sont entrain pays par pays de s’accaparer de nos dernières épargnes et de privatiser comme en Grèce l’ensemble du territoire, bien commun, ressources naturelles, logements tout y passe, alors que les droits humains se réduisent comme peau de chagrin… Quel est donc l’intérêt de l’Europe dans le scénario de Nouvel Ordre Mondial… j’ai bien peur que la réponse soit déstabilisante pour beaucoup… cet intérêt est en fait quasi nul ! Evincée à la fois comme force d’opposition et comme concurrente dans le pillage de la planète, sans grandes ressources naturelles, son économie quasi digérée par la phagocytose néolibérale, ses populations abruties par l’acculturation, la décadence de l’enseignement et l’omniprésence de la propagande, de plus en plus détestée dans le monde entier pour sa complaisance à jouer le rôle de vassal armé, l’Europe est à présent sans grand intérêt pour l’empire et ses dirigeants apatrides, l’Europe est en mauvaise posture.

    L’Amérique Latine rebelle nous a plus d’une fois tendu la main nous invitant à nous joindre à son combat pour l’avènement d’un monde multipolaire en paix parce que fondé dans des principes de complémentarité et de partage. Que les expériences en ce sens qui se mènent là-bas ne soient pas parfaites, tous en conviennent, cependant elles constituent une avancée sans précédent vers une réelle souveraineté des peuples. Ces avancées sont aujourd’hui menacées. Elles sont notre seul rempart contre la mise à feu de la planète pour une durée d’au moins trente ans comme le décide et l’annonce le Pentagone. Allons-nous continuer à lécher les mains qui nous battent en ployant l’échine ?

    Anne W

    http://les-etats-d-anne.over-blog.com/article-preparatifs-de-guerre-contre-l-amerique-latine-rebelle-118294817.html

    Ce qui montre bien à quel point François Asselineau a raison de mettre au premier plan de son programme de sortir la France de l'OTAN !
    Et qui confirme l'importance qu'il y a de rejoindre son combat citoyen.

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires